Je dresse mon premier bilan de l'année, mes petites et grandes réussites de ce mois de janvier sous le signe du redémarrage et de l'ancrage.

# janvier… Redémarrer et s’ancrer

Janvier a été le mois de la réappropriation de mon temps et plus généralement de ma vie. Il y a bien longtemps que je n’avais pas ressenti cette sensation d’accomplissement et d’imprégnation dans mon quotidien. Les jours ne sont pas passés aussi vite que d’habitude, pour autant, le temps n’a pas été long. J’ai trouvé ça magique, cette implantation concrète dans l’instant !

Au travers de ce billet, j’ai décidé de vous livrer mes réalisations durant ces 31 jours.

 

Pour bien commencer l’année, choisir et organiser mes objectifs de vie

En débutant cette nouvelle année, j’ai pris la décision de choisir et de ne plus me laisser emporter par des projets multiples que j’aurai laissé tomber au moindre obstacle. Comme je l’ai indiqué sur mon article « ce que 2017 n’a pas été… », j’ai trop longtemps vécu avec un sérieux problème de procrastination et d’aversion pour le « travailler dur ». Alors je me suis organisée et j’ai fixé mes objectifs à moyen et long terme. L’agenda Happy Flow « pour une vie WouaW » de Florence HAVENNE m’a été d’une grande aide. J’ai pu identifier les grands domaines de vie dans lesquels je souhaitais évoluer puis détailler un plan pour y arriver. J’ai pris en compte ma situation actuelle et mes compétences pour ne pas poser des plans sur la comètte et me bloquer.

Exemple des domaines de vie sur lesquels j’ai décidé de travailler : santé du corps, de l’esprit, consommation et style de vie, blogging, voyages…

Le résultat n’a été que positif. Pour la première fois depuis bien longtemps, j’ai eu la sensation de vivre des journées qui me ressemblent, de vivre l’instant présent. En identifiant ce qui était réellement important pour moi, j’ai aussi renoncé à certaines idées pour un temps. Je me suis allégée de contraintes.

 

 

La méditation pour me reconnecter au moment présent

Janvier a sonné l’heure de la reprise de cette pratique. Pas tous les jours, sans condition, seulement lorsque je ressentais le besoin de ralentir. Le fait de vouloir se fixer des objectifs et d’être active peut aussi nous faire oublier que rien faire est tout aussi bénéfique : être loin des écrans, du bruits, du vacarme de ses pensées, de ce que l’on reçoit dans nos conversations ou encore au travers des médias. Souvent en position assise sur mon canapé, aidée ou non d’une méditation guidée, j’apprends à être là sans attente. Bizarrement, c’est dans ces moments que viennent les réponses à certaines de mes questions. J’ai d’ailleurs fait l’expérience d’une séance méditative où j’ai compris pourquoi une colère était bloquée en moi. Mon corps s’est relâché, beaucoup de larmes ont coulé pour laisser renaître la respiration et le soulagement.

 

 

Me remettre en mouvement

Cette année, je n’avais en aucun cas envie de prendre des résolutions sportives, surtout si l’objectif consistait à changer mon corps sans apprendre d’abord à l’aimer. Néanmoins soucieuse de mon bien-être, je souhaitais trouver une solution pour remettre mon corps en activité avec douceur. Ma réponse a été de privilégier la marche. Pour cela, j’ai décidé de garer ma voiture beaucoup plus loin pour me rendre à mon travail. Cela me prend une cinquantaine de minutes dans la journée. A ce jour, j’ai pu m’y consacrer au moins 2 fois par semaine, météo oblige. Et que dire des bonus inattendues de ces balades : entendre le ruissellement de l’eau (j’ai la chance de passer à côté d’une rivière), le silence du matin, l’air frais, entendre le vent dans les arbres… Personnellement, j’adore ça !

 

Développer ma sensibilité grâce à la photographie

Papa noël a été généreux cette année et m’a offert mon premier reflex. Contre toute attente, je m’en sers régulièrement et je prends réellement plaisir à photographier tout ce qui compose mon quotidien. Tu peux d’ailleurs aller découvrir tout ça sur mon Instagram. J’ai aussi commencé à partager quelques clichés sur le blog avec mon article « consommer autrement : ma prise de conscience écolo». Cet outil me permet d’explorer une part de création que je ne soupçonnais pas et de développer une sensibilité renvoyée par certains clichés. Alors que je présentais les photos réalisées à noël à un ami, je lui ai avoué avoir la sensation que l’image parlait. L’échange de regard qu’on pouvait y voir me chamboulait, c’était comme si j’y étais. Sur le moment, je me suis sentie quelque peu idiote face à cette nouvelle émotion. J’ai fini par accepter d’être touchée par ce que j’avais sous les yeux sans en avoir honte.

Un journal pour me souvenir

Le 2 janvier au matin, j’ai ressenti l’envie de noter les grandes lignes de ma journée de la veille. Je me suis alors armée de mon téléphone et j’ai commencé à écrire dans mon outil note mes réalisations et moments bonheur du 1er janvier. Depuis, je ne me suis pas arrêtée. Tous les matins, je prends 2 minutes pour me remémorer la journée précédente. Dés le levé, un vent d’optimisme souffle sur ma journée. Mon cerveau est en mode « kiff » et mon énergie est orientée vers la réalisation de ce qui est important.  Tenir ce journal numérique a été un bon remède contre mes angoisses et petits stress quotidiens, puisqu’il me permet de m’ancrer sur le moment présent et d’en retenir le positif avant tout.

 

Reprendre le blog en main

Comment évoquer le mois de janvier sans parler de la reprise du blog. Depuis 2016, quelques articles se baladaient, je n’y venais quasiment plus. Pourtant, l’envie était toujours présente. J’ai donc mis un point d’honneur à ce que le développement du blog fasse parti de mes grands objectifs de l’année. Nous voila arrivés en février et je suis fière de cette reprise : nouvelles couleurs, nouveau logo, nouvelle catégorie… Et du temps pour m’y consacrer avec des périodes bien définies dans mon agenda. J’ai surtout accepté de pouvoir me consacrer à ce plaisir, ce qui m’a libéré de ma peur de perdre du temps et m’a aligné avec mon désir d’écriture et de partage. Depuis quelques semaines, les idées se bousculent pour vous proposer du contenu. Je travaille à mon rythme et en fonction de mon activité professionnelle. Et surtout, je m’y emploie avec passion à chaque fois.

 

No Comments

Leave a Reply