Le bilan de cette année 2017 mitigée . Une conclusion positive à une année particulière.

Ce que n’a pas été 2017…

Depuis quelques jours, je vois fleurir sur la toile des articles et des vidéos « bilan » de l’année 2017.

Alors, j’ai réfléchi. J’ai refait le tour de mon année et j’ai réalisé que je n’avais pas forcément réalisé ce que je voulais au plus profond de moi. J’ai laissé fané certains de mes projets, repoussé trop souvent au lendemain et pris de mauvaises habitudes.

Néanmoins (pour rester sur une note positive !!), j’ai appris bien plus que je ne le croyais…

 

2017 n’a pas été …

 

L’année du blog

365 jours à laisser filer ce petit bout de rêve entre mes doigts, celui de vous partager mes découvertes, mes états d’âme… Plus d’une fois, j’ai tenté de m’y remettre. Au cours de cette année, j’ai eu un tas d’idées (c’est encore le cas). Mais j’avais peur et je savais que beaucoup de travail m’attendait. Mine de rien, le côté technique, lié à la création et la tenue d’un blog, a su me mettre à mal plus d’une fois. Sans vous mentir, j’ai été découragée.

Pourtant, j’ai compris que ce blog me tenait vraiment à cœur. J’avais mal de ne pas y publier ces articles que je pensais, voir même que j’écrivais et que je renonçais à partager. Et cette page Facebook restée immobile… Au final, j’ai tellement de choses à faire grandir. J’ai aussi compris que la recherche constante de perfection me bloquait dans mes envies et réalisations. J’avais toujours cette sensation que demain serait un meilleur jour pour l’action. Et puis, cette trouille intime, celle de me planter, de faire des choix d’articles que ne me correspondaient pas.

 

L’année de l’effort

Bon d’accord, je plaide coupable : j’ai été une fainéante invétérée. Durant toute cette année, j’ai cru que faire les choses que j’aime ne nécessitait aucun effort.


« si ça force, c’est que ce n’est pas fait pour moi »

ERREUR, GRAVE ERREUR !!! J’ai complètement négligé cette part d’enfant en moi, celle qui pendant de longues années a travaillé dur pour faire ce qu’elle aime et avait le goût d’appendre. Mon impatience m’a conduit à oublier la nécessité de travailler lorsqu’on ne sait pas, pour que peu à peu, ce qui n’était pas connu devienne facile.

J’ai compris qu’apprendre nécessite aussi de se dépasser, de forcer un peu la machine et que naturellement, cela provoque du doute et de l’incompréhension. Travailler dur n’est pas forcément signe de non-respect envers soi-même. Le cerveau n’aime pas le changement et l’effort. Il préfère la facilité, ce qu’il connaît déjà. De ce fait, il faut se battre chaque jour un peu plus contre ses freins intérieurs et oser sortir de son confort (en quelque sorte, avoir peur pour quelque chose).

 

L’année de la bienveillance envers mon corps

Je dois bien avouer que mon corps a changé en une année. Je l’ai laissé perdre de son tonus et de sa vitalité. J’ai repris un travail où je suis constamment assise, je ne fais pas de sport (même si j’ai tenté le running en janvier et la musculation en novembre) et j’ai fais un peu n’importe quoi avec mon alimentation :  riche en sucre malgré le plein, en parallèle, de produits bio et locaux, l’entrée du grignotage  ma vie, une période de conflit avec la nourriture…  Toutes ces nouvelles habitudes qui n’ont pas arrangé certains désordres internes déjà bien installés.

Cette année m’a permis d’ouvrir les yeux sur la manière dont je me traite depuis mes études. Entre régimes, excès, manques, croyances alimentaires ou encore excuses externes pour ne rien mettre en œuvre et remédier à cela. J’ai compris que j’étais coincée dans un cercle vicieux de fausses raisons qui m’ont maintenue dans la sédentarité.

 

L’année de la paix intérieure

Pendant plusieurs mois, mon stress a été à son comble. J’ai souvent eu des pensées envahissantes jouant sur l’état de mon sommeil ainsi que sur ma motivation en général. Demain me faisait peur et j’ai culpabilisé de ne pas utiliser convenablement mon temps. J’ai rempli mon esprit de trop d’informations en même temps, me figeant dans une insécurité constante. Je n’arrivais plus à agir.

J’ai compris que mon rapport au temps était complètement faussé et que j’étais cruellement impatiente envers la vie. Je voulais tout, tout de suite. Je voulais tout comprendre rapidement alors que, je sais pertinemment que nous nous construisons par nos expériences, grâce aux réussites et aux échecs qu’elles entraînent. Avoir peur d’échouer m’a ralenti dans mes projets. Et puis, j’ai appris que la paix intérieure, tout comme le bonheur est un chemin et non pas un but en soi.

 

 


C’est en regardant en arrière que j’ai compris tout ça…


J’accueille 2018 avec beaucoup plus de sérénité et de compréhension. Si au début, je désespérais de n’avoir rien réalisé de vraiment concret, je comprends aujourd’hui que cette période de ma vie est bien plus importante que je ne le pensais dans mon cheminement intérieur. Me rendre compte de tout cela est une réelle victoire. Cette nouvelle année, je compte bien la mettre sous le signe de la bienveillance.

Reprendre mon blog en main fait parti de l’un de mes grands objectifs de ce nouveau cycle : travailler dur pour vous proposer du contenu et faire évoluer ce merveilleux outil de partage.

 

 

Et toi, quel est ton bilan de cette année 2017 ? Qu’as-tu retiré de positif de tes expériences ?

 

crédit photo : « © [DariuszSankowski] / Pixabay» 

2 Comments

  • Reply raymond 16 janvier 2018 at 19 h 42 min

    la page de ton blog est tres belle ..continue …….maman jet aime

    • Reply Lyne 16 janvier 2018 at 20 h 04 min

      <3 Merci, tu es la meilleure <3

    Leave a Reply