A-l-approche-de-Noël-quel-sapin-choisir-pour-limiter-au-mieux-son-impact-écologique

Sapin de noël : lequel choisir ?

J-25 avant Noël : les cadeaux, les repas de famille, la joie, les rires… Et bien sûr, avant que le grand jour tant attendu arrive, il y a la préparation et plus particulièrement, le choix du sapin de noël. Plutôt synthétique ou naturel ? Cette année, je me suis penchée du côté de l’écologie : qui du Nordmann ou du made in china a le moins d’impacts sur notre planète ? Voici les quelques réponses que j’ai pu obtenir.

 

Le sapin synthétique oui, mais … 

J’ai cru pendant longtemps que le sapin synthétique du fait de sa réutilisation était beaucoup plus écologique que le sapin naturel. Erreur mon cher Watson !

Certes, il est moins coûteux à l’achat puisque nous allons être amenés à l’utiliser plusieurs années et puis bien plus pratique car démontable. Pas besoin de courir acheter un sapin tous les ans au risque de se retrouver avec le plus rabougri de tous.

Cependant, son impact écologique est fort contrairement au sapin naturel :

  • Ils sont non recyclable

L’essentiel des matériaux utilisés sont issus de la pétrochimie. Ils sont donc non renouvelables et finiront au bout de quelques années incinérés ou enfouis.

  • Ils finissent par s’abîmer

Même s’ils peuvent être gardés plusieurs années, ils ont tendance à se dégrader et devenir difforme nous amenant au final à les changer régulièrement . Peut-être s’agit-il d’une question de qualité ?

  • Leur production est énergivore

Il faut compter 48kgCO² par sapin de sa fabrication à son utilisation soit une consommation de 8,1kgCO² par an sur une durée de 8 ans (durée moyenne gardée par ménage), ce qui est presque 3 fois plus qu’un sapin naturel. Il y a quelques années, le cabinet ELLISPSOS dans son enquête comparative sur les sapins de Noël a indiqué qu’il faudrait le garder au moins 20 ans pour qu’il soit bien plus intéressant en terme d’impact écologique. Chose qui n’arrive quasiment jamais. Fabriqués majoritairement en Asie, leur importation est en autre responsable de ce coût carbone.

  • Les conditions de fabrication sont inconnues

Outre l’aspect écologique, il y a aussi une question d’ordre éthique. Comme ils sont essentiellement fabriqués sur d’autres continents, on peut s’interroger sur le « qui fabrique et dans quelles conditions ? ».

« © [SKPhotography] / Pixabay»

Le sapin naturel plus écologique 

Suite aux différents arguments évoqués ci-dessus, vous aurez bien compris que quitte à choisir, le sapin naturel sera bien plus écologique que le synthétique (hormis si vous choisissez de la conserver vraiment longtemps). Il a bien des inconvénients notamment son coût et le fait qu’il vous faudra passer tous les jours le balai pour retirer les épines jonchant le sol. Ou encore le risque de ne pas trouver « the sapin » et de vous retrouver à la maison avec le plus tristounet de tous.

Autrement, l’impact sera bien moindre :

  • Ils régulent les gaz à effet de serre

Durant leur croissance, ils ont un impact positif sur la qualité de l’air grâce à la production d’oxygène et l’absorption des émissions de CO². Ce système va alors entraîner une réduction des émissions de gaz à effet de serre. De sa production à son transport, se sont seulement 3,1kg de CO² qu’un sapin naturel va produire contre 8.1kg en moyenne pour un synthétique.

  • Ils sont biodégradable

Le sapin naturel peut avoir une seconde vie. Il se composte, se recycle et se réutilise pour créer autre chose. Et s’il a été bien entretenu pendant sa saison de Noël, il peut même être replanté.

  • Leur production stabilise les sols

Le réseau racinaire de la production de sapins va filtrer l’eau, éviter les glissements de terrain et limiter les risques d’inondation.

  • Ils ne jouent en aucun cas un rôle dans la déforestation

La déforestation pour avoir un sapin à Noël reste un grand mythe, surtout quand on le sélectionne « made in France ». Ils sont cultivés spécialement pour cette période sur des terres délaissées. Il faut garder en tête que c’est une production tout comme les céréales par exemple. Et pour un arbre déraciné, plusieurs sont replantés.

Le sapin naturel n’a pas tout bon sur un point : la pollution des nappes phréatiques liée à la monoculture. L’utilisation des pesticides reste la règle avec des impacts sur la faune comme sur la flore.  A comparaison avec le sapin synthétique, son impact sur le climat et les ressources naturelles reste tout de même inférieur.

« © [freestocks-photos] / Pixabay»

Bien choisir son sapin

Qu’il soit naturel ou synthétique, l’idée au final est de faire le bon choix en ayant conscience des répercussions à plus ou moins long terme.

Si vous choisissez le sapin naturel, préférez-le :

  • fabriqué en France
  • labellisé sapin bio, label rouge, fleur de France…
  • plutôt de petite taille, car moins cher et moins lourd au transport

Et essayer de réfléchir quoi en faire après Noël.

Pour le sapin synthétique, que vous l’ayez déjà à la maison ou envisagiez de l’acheter ayez les bons gestes dès le début :

  • hors des périodes de Noël, couvrez-le et préférez un endroit sec pour le garder
  • Besoin de le changer : pourquoi ne pas en trouver un d’occasion ? Ou encore orienter vos recherches vers des fabrications plus éthiques et écologiques.

 

BONUS

 L’ultime solution si vous souhaitez avoir une démarche presque 100% écologique serait peut-être de créer votre propre sapin avec ce que vous avez à la maison : en palette, avec des objets de récupération, pourquoi ne pas le dessiner… Tout est possible et vous pouvez trouver énormément d’idées sur Pinterest.

 

Et vous cette année, vous allez être plutôt sapin naturel, synthétique ou fait maison ?

No Comments

Leave a Reply